Loading...

Sandrine Doppler et l’alimentation du futur

Des champs à l'assiette

Bien manger, faire attention, aujourd’hui ces injonctions coulent de source pour la plupart des consommateurs qui, non contents de surveiller de près leur régime alimentaire, n’hésitent pas à faire entendre leur voix ou à manifester leur mécontentement quant à la qualité des produits qu’ils achètent.

Après avoir consacré plus de vingt ans à la communication et au marketing, Sandrine Doppler a souhaité revenir à ses premiers amours : l’alimentation au sens le plus large. Début des années 2010, les circuits courts devenaient une évidence, les start-up commençaient à s’intéresser à l’alimentation du futur et les consommateur étaient à la recherche de nouveaux modes de consommations. Son histoire personnelle lui a fait prendre conscience de l’importance de consommer différemment pour une « alimentation durable et responsable ».

Une fois n’est pas coutume, tous les acteurs de la chaine ont un rôle précis à jouer. A commencer par les cultivateurs et les éleveurs en abordant une transition vers l’agro-écologie, une pratique qui consiste à produire en se basant essentiellement sur les fonctionnalités offertes par la Nature et ses écosystèmes et qui tendent à consolider le cercle vertueux dessinée par les nouvelles pratiques agricoles. Ensuite, les consommateurs. Deux bonnes pratiques consistent, par exemple, à se tourner vers les protéines végétales au détriment des protéines animales et surtout à continuer d’aiguiser notre esprit critique devant les produits qui nous sont proposés.

Depuis 10 ans, elle accompagne les institutions et les marques dans la transition alimentaire, pour une alimentation plus durable et l’innovation. Son activité d’enseignante, d’animatrice et de mentor lui permet autant de transmettre que d’apprendre. Et en cette période très délicate de confinement, sortir de l’après COVID-19 se travaille aujourd’hui et va nécessité une remise en question aussi bien du monde agro alimentaire que des consommateurs. Pour Sandrine Doppler, « les idées novatrices ne manquent pas dans notre pays, mais une bonne connaissance du marché est capital avant le lancement d’un produit. »

En toute indiscrétion, émission diffusée le 8 avril 2020

QU'EN AVEZ-VOUS PENSÉ ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *